Cazarre : « Qui aurait misé que cette bande de zozos talonneraient le PSG ? »

Julien Cazarre

Comme à son habitude, Julien Cazarre n’a pas fait dans la dentelle. Avec son style bien à lui, le chroniqueur à l’humour très « décalé » s’est exprimé sur le dauphin du PSG : le SCO d’Angers, un club qu’il voit un peu comme une composition de joueurs courageux à l’ancienne.

« Qui aurait misé un Sioux que cette bande de zozos planqués sagement entre Tours et Nantes talonneraient le PSG après huit journées ? Huit journées, c’est beaucoup et c’est bien peu, comme disait Renaud dans sa Chanson pour l’Éthiopie (même époque que Baltimora et Moon Ray, mais en moins disco… (…)  Le SCO, lui, n’est pas un club de morts de faim mais arrive, avec un budget de 32 M€, c’est-à-dire 10 de moins que l’achat de Leandro Paredes, à titiller les grosses écuries de notre Championnat en produisant du jeu… Eh oui, c’est possible, on peut obtenir des résultats autrement qu’en bétonnant à dix derrière en attendant qu’un virevoltant feu follet parte en dribbles comme un poulet sans tête avec l’infime espoir que sa frappe en bout de course exécutée en fermant les yeux termine, par le jeu d’un ricochet de l’espace, dans la lucarne du gardien adverse…Dans cette équipe, point de star, de vedette ou de gloires déchues de Premier League à la recherche d’un nouveau souffle… On n’est pas en présence de la grosse cavalerie, mais d’une bande de bons joueurs de foot à l’état d’esprit irréprochable qui répond sans rechigner aux directives tactiques de leur grand chef (Stéphane Moulin pour les intimes).

Bien sûr, Ninga, c’est pas Neymar, Bahoken, c’est pas Mbappé, Capelle, Manceau, Thomas, c’est pas Zizou… La plupart des mecs ont des noms de 2e classe du film les Bidasses en folie, mais quel pied de les voir sur un terrain de foot ! », a commenté Julien Cazarre dans les colonnes de France Football.